Le meilleur des cordes

© Escalade Alsace
Yann Corby

 Septembre 2016
 Thomas Leleu libère une voie à la Martinswand


La Martinswand
Photo : Yann Corby

 Peut-être avez-vous déjà remarqué, en sortant de la Mulhousienne, ou en levant les yeux depuis le premier relais de La Normale, ce petit dévers bien lisse dans « l’envers » des voies de sortie de la Martinswand ? Equipée par Olivier Aubel dans les années 90, cette voie a été présentée à tort comme un « Projet à Minazzi » et n’avait, renseignements pris, et sauf erreur, pas été libérée…
 Il faut dire que l’accès périlleux et la difficulté de trouver un assureur enthousiasmé à l’idée de saucissonner à 80 m du sol n’a pas milité en faveur de l’élection de cette courte ligne au titre de voie la plus populaire d’Alsace…
 Quoi qu’il en soit, à la recherche des brises d’altitudes et de l’ombre des dévers granitiques, j’ai finalement réalisé l’ascension de ce petit passage dominant la vallée du Frankenthal…

 Une gestuelle déroutante, des mouvements puissants : j’ai tendance à penser qu’il pourrait s’agir d’un 7c, à la difficulté comparable à celle du célèbre Cabestan sis un peu plus loin…

 Lorsqu’il s’est agi de donner un nom à cet ancien projet, j’ai évidemment consulté l’équipeur. Olivier m’a alors suggéré, fort à propos, de livrer un (certes dérisoire) hommage à Jean-François Hagenmuller, célèbre grimpeur et alpiniste à qui l’on doit, entre autres, la première, de l’Extrême Onction sur la même falaise…
 La voie se nomme donc Lumières d’Altitude. Vous pouvez encore visiter le blog homonyme ici

 Thomas Leleu





www.escalade-alsace.com