Le meilleur des cordes

© Escalade Alsace
Yann Corby


Texte : Thomas Leleu


Ce document résume mon sentiment sur les voies dures de nos sites granitiques. J'ai réévalué certaines cotations et tenté d'établir un classement honnête pour rétablir la hiérarchie des difficultés sur ce rocher emblématique de deux falaises mythiques de la région.
La cotation de départ de cette liste est 7c, elle marque l'entrée de l'activité dans ce qu'on appelle l'escalade sportive et dans le haut niveau au début des années 80 en Alsace (La cotation entre parenthèse est la cotation actuelle).





Marié ou Pendu, 8b (8b) - Lac Blanc (FA : David Matter - 2008)

La plus belle arête de la région, sans doute. Après une approche en 7c/+ environ (ça penche !), le crux est une grosse fermeture avec un talon gauche extrêmement précaire où l'aventure s'achève souvent pendu au bout de la corde… Très " à condition " : impraticable l'hiver, ingrimpable par forte chaleur ou sous la pluie… Marche d'approche dissuasive.
Le départ direct sous le crux est un projet en 9a minimum essayé par Pierre Bollinger qui a fait les mouvements séparément…

Avis sur la cotation : un gros 8b, à mon sens plus dur que le Bon Vouloir… Peut-être 8b+… La seule de la liste que je n'ai pas enchainée… Belle perf' de David Matter, le local de l'étape et peut-être seul ascensionniste.





Le Bon Vouloir de l'Insoumise, 8b (8b) - Martinswand (FA : Niels Krüger-2007)

Située à gauche de l’Extrême Onction, son départ sur petites arquée est commun avec Clair de Lune. La ligne, dans un léger dévers, offre ensuite un enchainement de mouvements puissants sur des prises plates souvent difficiles à valoriser.
Une remontée d’inversée clôt les hostilités, loin au-dessus du dernier point et promet un joli voyage en cas de faiblesse brachiale.

Avis sur la cotation : un 8b normal demandant un brin de résistance. Trois ascensions à priori.





Vue de l'Esprit, 8a (7c+) - Lac Blanc (FA : JP Minazzi - 1990 ?)

Des mouvements retors réclament une grande précision : une première section à doigts et mouvements lointains pour aborder le crux qui tourne autour d'une grosse verticale plate et une amorce de fissure, avant un final encore difficile.

Avis sur la cotation : annoncé à 8a par Jean-Pierre Minazzi et, sauf erreur, rapidement décotée par Jacky Issler. Vue de l’Esprit fût-elle victime d’une guerre d’égo ? 8a est évidemment la vraie cotation. Peut-être pas plus d’une dizaine d’ascensions en 2020.





Mi-Laine Mi-Coton, 7c+ (7c) - Lac Blanc (FA : JP Minazzi? – 1990 ?)

La voisine de Vue de L’Esprit est peut-être encore moins parcourue. Moins exigeante pour les doigts, mais peut-être un cran au-dessus en termes de complexité des mouvements. La remontée de l’arête déversante est particulièrement technique et demande un minimum de souplesse et surtout un gainage sans faille.

Avis sur la cotation : Bien plus dure que les autres 7c granitiques et même plus dure que Clair de Lune. Je propose 7c+ pour respecter l’écart avec Vue de l’Esprit.





Clair de Lune, 7c+ (8a) - Martinswand (FA : JP Minazzi – 1990 ?)

Une voie de rési-courte sur une petite dizaine de mouvements avant un final facile mais aérien, voire engagé. Un beau mouvement de remontée d’inversée avant un petit crux final qui amène à une petite terrasse. Équipement déroutant…

Avis sur la cotation : Annoncée à 7c par Jean-Pierre… On ignore à qui l’on doit la remontée de la cotation… Une erreur manifestement. Un poil plus dur que Le Cabestan… J’ai longtemps hésité à lui attribuer un minuscule petit +… Peut-être à cause du départ qui reste un bon test de force…





Lumière d'Altitude, 7c (7c) - Martinswand (FA : Thomas Leleu - 2016)

Cette voie équipée par Olivier Aubel remonte un petit dévers en dernière longueur dans le secteur des voies de sortie. Accès et assurage compliqué… On grimpe entre l’arête main gauche et la fissure main droite. Le crux consiste à rattraper l’arête depuis la fissure… Des mouvements de relancé permettent de rejoindre le sommet.

Avis sur la cotation : difficulté similaire au Cabestan… La version d'Alex Keiling, sans prendre l'arête, est probablement plus difficile.





Le Cabestan, 7c (7c) - Martinswand (FA : JP Minazzi – 1983)

Voie mythique qui remonte une petite arête en deuxième longueur tout au bout de la Martinswand… Une petite arquée à tenir en tridoigts pour claquer l’arête et relancer sur une grosse prise… Encore un mouvement d’épaule et on est sorti d’affaire.

Avis sur la cotation : la première voie de ce niveau dans la région. 7c typé force.








www.escalade-alsace.com