Le meilleur des cordes

© Escalade Alsace
Yann Corby

Cette année,
Escalade Alsace a testé le Reel Rock Tour 13 !

L'évènement s'est tenu le lundi 29 janvier 2019 à l'UGC Ciné-cité de Strasbourg et a accueilli une salle comble de grimpeurs et autres fans d'Outdoor. L'occasion pour votre site préféré de donner son avis sur l'évènement et surtout, sur les films qui le composent.



Le Reel Rock c'est quoi?
Le Reel Rock Tour est un festival itinérant du film d'alpinisme et d'escalade. Par festival, il faut entendre "une soirée" durant laquelle plusieurs films de la même production sont projetés. Fondé en 2006 par les réalisateurs des productions Big Up et Sender Films (Josh Lowell et Peter Mortimer respectivement), l'évènement célèbre cette année sa treizième édition. La tournée du festival est depuis devenue mondiale: Etats-Unis, Amérique du Sud, Afrique du Sud, Europe...
Il faut dire que les films des productions Big Up et Sender ont commencé il y a maintenant longtemps. On se rappelle toujours agréablement du premier Dosage et de l'ascension de Biographie par Chris Sharma ou encore des solos de Dean Potter dans The Sharp End. Depuis, le film d'escalade s'étant largement démocratisé, il est temps de faire un maigre point sur l'évolution du festival.



L'évènement
Accueillis par des hôtesses habillées aux couleurs du Reel Rock, c'est un ou deux stands publicitaires plus loin (des marques sont partenaires de l'évènement) que nous entrons dans ce qui sera notre salle pour la soirée. Les sièges sont presque tous occupés. L'escalade a fait bien des adeptes depuis 10 ans... L'une des organisatrices de la soirée nous annonce le menu : deux films, suivis d'un entracte, avant de visionner les trois autres.

Dans l'ordre, les films seront:
- Valley of the moon: une expédition dans le désert de Jordanie, à Wadi Rum
- Age of Ondra: un portrait du célèbre grimpeur Adam Ondra
- Up to Speed: une courte présentation de l'escalade de vitesse
- Queen Maud Land: une expédition en antarctique
- The race for The Nose of El Capitan: retour sur la course à la montre dans le célèbre Nose d'El Capitan.

Noir, silence...c'est parti!


Valley of the Moon
C'est l'histoire d'un grimpeur israëlien vivant aux Etats-Unis et souhaitant plus que tout équiper une voie au célèbre Wadi Rum, situé dans le désert de la Jordanie. Plus qu'une aventure sportive, l'acte se veut avant tout, pour son initiateur, un symbole de paix entre les deux pays "autrefois" en guerre.
L'antipasti fonctionne et on peut enfin en venir au prétexte du festival : Age of Ondra.

Age of Ondra
Le film revient sur la personnalité du jeune prodige tchèque à travers de nombreuses images. De Action Directe à Silence en passant par sa quête du 9a+ flash, les images d'escalade sont bonnes et bien choisies. On découvre le côté stakhanoviste du grimpeur, son obsession de l’escalade et de pousser son corps dans ses retranchements. Le besoin de tout mettre en œuvre pour arriver à ses fins. Une très bonne surprise.

Up to Speed
La comédie du festival. Il en fallait bien une! Zacchary Barr, adepte de clean climbing, s’intéresse pendant quelques minutes à l'escalade de vitesse. Les situations sont cocasses et l’on rigole franchement. Le film reste très court cependant. On aurait voulu en voir plus.

Queen Maud Land
Le film d’une expédition en Antarctique durant laquelle une équipe de grimpeurs (comprenant Alex Honnold) cherche à gravir un maximum de sommets. Les images sont superbes, le cadre est exceptionnel et les ambiances grandioses. Cela étant dit, le film ne laisse que peu transparaitre l’engagement des grimpeurs et la pénibilité des conditions sur place. Il reste cependant un document très agréable à visionner.

The Race for the Nose of El Capitan La palme du festival revient à ce dernier métrage. Il retrace la course effrénée du record de vitesse du Nose au Yosemite. On y découvre des personnalités franches. On s’étonne d’ailleurs de l’orgueil du regretté Dean Potter. On est choqué par la dangerosité des ascensions. Le film est vraiment palpitant, que l’on soit intéressé par les chronomètres ou non. Une vraie bonne découverte.


Bilan
Le reel rock tour 13 est une bonne surprise. Il est agréable d’y voir autre chose que les traditionnels films tournant autour des dernières voies extrêmes de la planète.
On sent finalement qu’un virage est amorcé : ces documentaires s’attardent désormais plus à décrire l’aventure et l’atmosphère qu’implique l’escalade. Ils abordent aussi différentes facettes du sport et sans trop de complexes. On sent les films s’ouvrir à un public plus large et ça n’est pas un reproche. Au contraire, le ton est moins « à la mode » et plus franc. Une bonne raison de retourner voir le festival l’an prochain !






» Participez au concours pour gagner des lots offerts par les partenaires de l'évènement





www.escalade-alsace.com