Le meilleur des cordes

© Escalade Alsace
Yann Corby



Propos recueillis par David


Wolfgang Kraus est une légende. Le terme n’est pas usurpé. Son parcours de grimpeur force l’admiration. Pour les cotations qu’il a établies en Europe, pour ses ascensions engagées et pour la facilité avec laquelle il grimpe toujours dans des difficultés élevées. Et s'il a ouvert beaucoup de voies dans la Pfalz, il a également équipé et ouvert le premier 8a des Vosges du Nord sur le regretté Helfenstein. Wolfgang revient généreusement pour www.escalade-alsace.com, sur ses années de jeunesse, aux côtés d’un certain Wolfgang Güllich.

Escalade-Alsace : De quelle famille viens-tu?

WK : Je viens d’une famille ouvrière : mon père était maçon et ma mère a fait des études pour devenir charpentière, avant de s’occuper de ses trois enfants. Une famille typique des années 60/70. Nous vivions dans une maison au bord de la forêt.

EA : As-tu fait des études?

WK : Oui, j’ai étudié les sciences de la nutrition, la chimie et le sport.

EA : Tu as commencé à grimper en 1975 alors que tu avais 15 ans. Comment était l’escalade l’escalade à l’époque ?

WK : J’ai commencé sur les rochers de Kirkel. Les rochers étaient en pleine forêt et faisaient jusqu’à 10 mètres de haut. On pouvait faire des traversées à faible hauteur. La marche d’approche ne faisait que 15 minutes. À cette époque, la cotation maximale en était à 5c+ et on grimpait avec des grosses chaussures d’alpinisme bien rigides, sur lesquelles on pouvait également mettre des crampons, pour pouvoir tenir sur des petites prises de pieds. Plus tard, on a également essayé de grimper en baskets et même pieds-nus. Puis, lorsque les chaussons sont arrivés en 1979, on a utilisé des EB. À Kirkel, on faisait du bloc comme aujourd’hui, on faisait aussi des voies techniques en utilisant des crochets lorsque nous en avions besoin.

EA : L’escalade était-elle déjà un sport à part entière en Allemagne ou servait-elle uniquement de préparation à la montagne?

WK : À cette époque, l’escalade à Kirkel et dans la Pfalz ne servait qu’à se préparer pour la montagne. Mais tout ça a changé très vite : trois ans plus tard.

EA : Avais-tu entendu parler d’escalade libre à ce moment là?

WK : Ce n'était pas encore connu. D’un point de vue difficulté, nous ne connaissions que le 6ème degré (UIAA. NDLR.) : c’était ce qu’il y avait de plus dur. Un équivalent du ED (Extrêmement difficile. NDLR.) de l'ancienne échelle française.

EA : Comment était la situation dans la Pfalz ?

WK : Dans la Pfalz, on grimpait en libre jusqu’à 5c. Le reste se faisait en artif’. On utilisait des crochets pour se déplacer : on ne cherchait pas forcément de prises à côté. L’escalade libre « consciente » n'existait pas encore.

L'histoire de la Pfalz est à lire sur l'excellent site du Pfälzer Kletterer.

EA : Lorsqu’on parcourt l’excellent topo de la Pfalz, on peut lire que des voies jusqu’à 8-/6c ont été ouvertes par Hans Laub et ce dès les années 50. Que faut-il comprendre alors ? Ces voies n’ont donc pas été ouvertes en libre ?

WK : À mon avis non. Des voies ont été ouvertes, mais pas en libre jusqu’à 8-/6c. Je pense que le matériel d’escalade ne permettait pas de faire plus que 7/6b à ce moment là.

EA : Qui étaient vos aînés dans la région ?

WK : Il y avait le grand Hans Laub, qui avait fait près de 500 premières ascensions et Fred Frey. Ces aventuriers ont vraiment permis le développement de l’escalade dans la Pfalz. Karl, Nöltner et Kubin avaient commencé l’escalade quelques années avant nous.

Une interview d'Hans Laub à lire ICI



De gauche à droite : Wolfgang dans Superlative 8/7a, Privatweg 8/7a et Magnetfinger 9+/7c+. Magnetfinger était une de ses voies d'entrainement...


EA : Sous quelle(s) influence(s) l’éthique de la Pfalz s’est-elle construite ?

WK : L’escalade dans la Pfalz a toujours été aventureuse. Il y a peu de points, il faut donc être à l’aise dans le niveau de la voie dans laquelle on s’engage afin de pouvoir désescalader au besoin. Dans le cas contraire, la chute peut être très longue et très dangereuses. L’éthique de la Pfalz s’est construite sur le modèle de l’Elbansdstein en Allemagne de l’Est. Il fallait poser un minimum d’anneaux et de pitons. Par contre, leur utilisation en tant que prises était autorisée. C'était du terrain d'aventure.



De gauche à droite : Wolfgang dans Weg orne Namen 7+/6c et Magnetfinger 9+/7c+.


EA : Les grimpeurs de la Pfalz connaissaient donc l’escalade dans l’Elbe. Y avait-il des échanges entre les grimpeurs du Palatinat et ceux de l’Elbsandstein avant votre époque ?

WK : L’association des grimpeurs du Palatinat (PK pour Pfälzer Kletterer, NDLR.) avait clairement pris comme exemple l’escalade dans l’Elbe et essayait de la pratiquer dans la Pfalz.

EA : Qui étaient les garants de cette éthique dans la Pfalz ?

WK : Les représentants du PK. Ils allaient malheureusement jusqu’à scier des points... Tout était contrôlé par le groupe du PK. Les grimpeurs du PK étaient d’ailleurs bien jaloux de l’arrivée des jeunes grimpeurs qui étaient capables de grimper plus fort qu’eux.

EA : En 1977, l’ascension de Pumprisse (Première ascension en libre en 7/6b d’Europe) par Reinhard Karl (un grimpeur du Palatinat) semble avoir été un déclencheur de l’escalade libre dans la Pfalz. Pourquoi ?

WK : Parce-que Reinhard avait clairement montré qu'il y avait bien plus difficile que du 6 ! Le PK avait pourtant tenté pendant longtemps de franchir le cap mais l’ascension de Karl a ouvert la voie. C’est à ce moment là que l’on a vraiment commencé à chercher des itinéraires plus durs.

EA : Qui étai(ent) le(s) précurseur(s) du libre dans la Pfalz ?

WK : Les frères Hasselwander au tout début, puis la génération suivante avec Reinhard Karl, Andreas Kubin, Thomas Nöltner et Wolfgang Güllich.

EA : C’est donc à ce moment là que l’escalade en artif’ s’est arrêté dans la Pfalz ?

WK : Oui, c'est comme ça que ça a commencé. Nous avons aussi dû nous mettre dans la tête que les voies qui étaient techniquement dures pouvaient être grimpées en libre. Nous devions aussi décider sous quelle forme elle pouvait l’être : en libre intégral, en libre avec dégaines et coinceurs ou façon Rotpunkt.

EA : Dans la Pfalz, la règle était d’équiper en venant du bas. Il semble pourtant que tu aies équipé plus d’une voie de manière sportive dans la Pfalz et que tu te sois heurté aux traditions locales. Tu peux nous raconter ?

WK : En 1977, on ( W. Kraus et M. Schmidt. NDLR.) avait équipé le départ direct de Dezemberweg (8/7a à Rödelstein. NDLR.) avec deux anneaux. Un départ de 10 mètres que j’ai alors pu enchainer dans la journée. Les deux anneaux ont été coupés une première fois… Je les ai remis et ça n’était pas une mince affaire car il fallait faire les trous à la main : avec un marteau et un forêt de 22 millimètre. Il fallait compter environ une heure pour faire un trou. Les anneaux ont malgré tout été coupés une deuxième fois. J’ai laissé quelques années passer et puis j’ai remis des points qui sont finalement restés.

EA : Tu t’es pourtant essayé à l’équipement du bas, notamment dans Kochplatte 8+/9- au Rödelstein. Ca ne t’a pas plu ?

WK : Oui, j’ai équipé Kochplatte du bas en évoluant sur des crochets. Équiper la partie basse de la voie m’a pris 4 jours. J’ai grimpé la partie haute telle quelle et j’ai décidé ensuite d’équiper le haut de la voie par le haut.

Extrait d’une autre interview de WK : (...) L’ouverture par le bas était bien vue dans le Palatinat, mais cela ne m’a pas plus. Les points n’étaient pas situés aux endroits souhaités.

EA : Revenons à la directe de Dezemberweg. Beaucoup de monde considère que le premier 7a de la Pfalz a été ouvert par Nöltner et Güllich avec Superlative en 78, mais tu aurais donc ouvert le premier 7a de la Pfalz et potentiellement d’Allemagne en 77 ?

WK : Oui c’est ça. À l’époque, l’échelle de cotation n’allait que jusqu’à 7+/6c, et j’ai donc coté la voie 7+… Elle est désormais correctement cotée à 8/7a.

EA : En 1977 aussi, le premier 7a de France (ou le deuxième, c’est selon) a été ouvert en libre à la Martinswand en Alsace dans le Haut-Rhin. Avais tu connaissance de ce qui se passait en Alsace à ce moment là ?

WK : Non, j’étais jeune et il n’y avait aucune information sur ce qui se passait en Alsace.

EA : Y avait-il des français qui grimpait dans la Pfalz ?

WK : Jusqu’à la fin des années 70, je n’ai rencontré aucun grimpeur français dans le Palatinat.

EA : En 1979, tu as équipé et enchainé Powerbär, le premier 9-/7b+ d’Allemagne. Combien de temps t’a pris cet enchainement ?

WK : Nous avions trouvé une falaise avec un mur bien compact et nous y avons de suite équipé la voie du haut. Je l’ai enchainée le lendemain (en Yo-yo NDLR.). Malheureusement, les anneaux ont été sciés par des imbéciles et l'itinéraire n'est plus accessible.

Extrait d’une autre interview de WK : J'ai toujours aimé le rocher de l'Altschlossfelsen et nous cherchions tout simplement des murs compacts, où les prises ne cassent pas. À cette époque, nous n’avions pas le droit de consolider ou recoller des prises cassées. J’avais certes équipé Powerbär du haut, mais sans l’essayer, car je grimpais du bas, dans le style YoYo. Une fois passé les 5 premiers mètres en rocher délité, la voie était très compacte, ce qui en faisait une voie exceptionnelle pour l’époque.

Commentaires tirés du topo de la Pfalz :

Direkter Einstieg zum Dezemberweg *** 8 2R Wolfgang Kraus 1977 Quelques mètres uniques qui nécessitent des conditions météorologiques optimales. La roche est naturellement grasse. (…) La voie coté 7+, avec optimisme, par W. Kraus et M. Schmidt était alors l'un des itinéraires les plus difficiles d'Allemagne et, de façon réaliste, probablement le 1er 8 du Palatinat.

Superlativ *** 8 E1 8R+AR Thomas Nöltner 1978 (…)Güllich n'ayant pas été en mesure de déchiffrer le passage difficile du mur, Nöltner en a fait la première ascension. Cependant, il avait répété secrètement la voie la semaine précédente en moulinette. Ça et l’équipement par le haut avec trois anneaux : rien ne correspondaient à l'éthique de l’escalade à l’époque. (…) Ici aussi, les anneaux ont été coupés, et la fissure de départ a même été imbibée d'huile usée. Cet acte n’a certainement pas été perpétré par un amoureux de la nature. Bien que l’on puisse toujours ressentir les conséquences de cet acte absurde sous nos doigts, cette ligne unique est très populaire aujourd'hui. Il y a maintenant deux fois plus d'anneaux dans le mur que lors de la première ascension, et certains considèrent que c'est bien là la dernière catastrophe de la courte et turbulente histoire de Superlative.

Powerbär 8+ 3R+AR Wolfgang Kraus 1979 A été cotée 9. C’est donc l'une des premières voies de 9ème degré en Allemagne et une référence dans le Palatinat. La voie n'a jamais été vraiment appréciée, ce qui était peut-être dû au fait que les gens sciaient les anneaux de temps en temps. Même dans l’état actuel, la voie n’est possible qu’en moulinette. La voie est bien, malgré un départ très sablonneux.

EA : L'équipement du haut de Powerbär en a amené d'autres ?

WK : À ce moment-là, nous avons équipé presque toutes les nouvelles voies par le haut ; c’était beaucoup plus rapide et plus sûr. C’était devenu la norme. C’est donc ainsi qu’on a notamment équipé Utopia, Hexentanz, Längensache, Reinhardsweg, etc.

EA : Tu équipais du haut, mais sans essayer les mouvements. Tu grimpais dans le style Yoyo ?

WK : On essayait tout de même les mouvements. Il fallait savoir si c’était possible avant de percer. Notamment parce-que percer les trous à la perceuse manuelle était très fatiguant. Aujourd’hui il suffit globalement de percer et d’attendre que quelqu’un fasse les mouvements ou que les prises apparaissent.

EA : Y avait-il une influence de l’escalade du Gritstone sur la pratique dans la Pfalz ?

WK : Probablement pas. Les anglais prenaient trop de risques selon moi. Mais ils grimpaient très bien.

EA : Finalement, pourquoi respecter la pratique du Yoyo de l’escalade traditionnelle anglaise, sans respecter la norme de l’équipement par le bas qui va avec (et avec l’éthique pfalzienne) ?

WK : Pour donner une chance à l'itinéraire.

EA : C’est moins connu mais en 1979, tu ouvres également le premier 9/7b+ d’Europe au Gandschijen, dans les Alpes Suisse ?

WK : Oui, j’avais réussi à faire le crux en libre. Mais le temps du libre dans les Alpes n’était pas encore venu.

EA : En 79, tu voyages également dans le Verdon où tu enchaines Pichenibule en sortant tout droit ? Avec qui était-ce ? Tu peux nous raconter ?

WK : Je voyageais avec Alex Clapperson qui m'a emmené dans ce haut lieu de l’escalade. Nous étions bien équipés avec deux cordes de 40 mètres en 11 millimètres ! Comme nous étions plutôt fiers, nous avons cherché l'itinéraire le plus difficile et bien sûr, nous avons commencé du bas. On pensait que les 11 longueurs seraient faciles à faire. Mais les premières longueurs et la longue traversée vers la gauche étaient assez exigeantes. Nous avions trop peu d'eau et de nourriture avec nous. On a donc été heureux de pouvoir sortir tout droit en fin d'après-midi pour pouvoir échapper aux deux dernières longueurs de Pichenibule. Ce jour là, nous avons beaucoup appris sur le climat du Verdon !

EA : Tu as fait de nombreux voyages dans le Frankenjura, cette région de l’Allemagne popularisée par Güllich. En 83, tu y as notamment fait la deuxième répétition, juste après Jerry Moffat et Stefan Glowacz, de The Face, premier 10-/8a+ au monde ! Tu peux nous raconter ?

WK : On avant planté la tente à l’entrée du site et avions tenu un véritable siège dans la voie. On avait décrypté les mouvements et enchainions les essais. Puisque j’avais le niveau à l’époque, il m’a fallut trois jours pour enchainer la voie. De temps en temps, Wolfgang Güllich passait pour faire des essais. Il aura finalement fait la troisième répétition de la voie.

EA : Il y a aussi eu la troisième répétition de Kanal im Rucken, premier 8b de la planète à l’Altmühltal ?

WK : Oui, des mouvements très difficiles et pas sympas, mais toujours bons.

EA : Tu as également travaillé ces voies en Yoyo ?

WK : Nous avons grimpé presque tout dans ce style à l'époque parce-que nous pensions que ce style était le bon.

EA : Quel était ton entrainement à l’époque ? (Question d’Arnaud Köppel)

WK : Je faisais du bloc à Kirkel et des tractions. Il n'y avait pas encore de salle et les premiers chaussons d'escalade venaient d'être inventés. Il n'y avait pas non plus de formation. Il fallait procéder par essai-erreur.

EA : En 1983, tu es le premier européen à enchaine Midnight Lightning (B2/V8/7B/B+). Tu peux nous raconter ?

WK : À l'époque, les Américains pensaient qu'ils étaient les meilleurs grimpeurs et nous sommes donc allés aux USA pour prouver que nous pouvions aussi grimper. Le bloc était haut et il n'y avait pas de crash pad. Il fallait donc maîtriser tous les mouvements pour être sûr de ne pas tomber. J 'ai descendu le bloc en rappel et j’ai nettoyé la sortie. J’ai regardé les mouvements, puis j'ai pu enchainer deux jours plus tard. J’ai d’ailleurs refait le bloc plusieurs fois pour un tournage télévisé.



Wolfgang dans le célèbre Midnight Lightning au Yosemite.


EA : En 1987, tu as également équipé quelques voies au Helfenstein, en Moselle. Comment connaissais tu ce rocher à l’époque ?

WK : C’est Frank Schell qui m'avait montré la falaise qui proposait un grès et des petites prises solides. Encore une fois, nous n'avions jamais consolidé de prises, nous ne pouvions pas. Le forage à la main a été très épuisant, mais cela en valait la peine. C'est dommage que le Helfenstein soit fermé, il serait un véritable atout pour notre région.

EA : En résultèrent deux voies exceptionnelles : Darkside of the Moon 7c et surtout Die Maske von Burggespenst, premier 8a des Vosges du Nord. Ces deux voies t’ont-elles marqué ?

WK : J'étais content d'avoir trouvé ces voies. Au fait, il m'est arrivé d'enchainer Die Maske sans le gros trou au niveau du deuxième point ... difficile pour 8a !



Franck Schell et Wolfgang Kraus grimpant côte-à-côte au Windstein.


EA : Tu as ouvert le premier 8a de la Pfalz (Ursprung 10-/8a), un an plus tard, en 1988. Pourquoi l’ouverture du premier 8a a-t-elle mis tellement de temps dans la Pfalz ?

WK : Pour des raisons d'éthique. Le PK n’était pas emballé par la cotation et les points scellés au ciment. Ils ont mis plus d’un an à répéter la voie.

EA : Tu as d’ailleurs évalué Ursprung à 9+/7c+ non ? Pourquoi ?

WK : Je pense qu'à l'époque ce n'était pas le moment pour les grands chiffres dans le Palatinat.

EA : On t’associe souvent à Wolfgang Güllich (WG). Qui était-il pour toi ?

WK : J’ai commencé à grimper avec WG lorsque j’avais 17 ans. Lui en avait 16. On allait en scooter jusqu’au pied des voies pour éviter les marches d’approche. Nous avons développé l'escalade libre ensemble et avons poussé le niveau de difficulté aussi loin que possible à cet âge. Nous avons également fait notre service militaire ensemble à Bexbach. Une expérience qui ne nous avait pas beaucoup emballé. Après il est allé habiter dans le Franken où il s’est bien adapté au style d’escalade dont il a fait sa vie. Il a été chanceux avec ses sponsors : il touchait assez d’argent pour ne pas avoir à travailler. Il a toujours été un grand grimpeur qui était très talentueux et a établi de nouvelles normes en escalade.



Wolfgang Güllich dans le fameux Im Westen nicht Neues, 9-/7b+ au Nonnenfels dans la Pfalz.


EA : Vous êtes allés grimper sur la Nameless Tower de Trango au Pakistan. C’est dans la fameuse Norweger Route 8+/7a que tu as fait une chute impressionnante. Peux-tu nous parler de votre ascension ?

WK : En 88, on est allés avec 8 autres grimpeurs (dont WG), faire l’ascension d’une ligne sur la Nameless Tower à Trango au Pakistan. Nous étions dans la dernière longueur avant le sommet. Je suis monté dans une cheminée et j'avais placé un friend 2,5 pour la sécurité. J'étais sur le dernier bloc avant le champ de neige du sommet et j'ai fait une traction dynamique sur le bord de ce bloc. Mais ce bord était complètement rond et j’ai glissé avec mes chaussons d'escalade sur la glace dans la cheminée. J’ai fait une chute de 25 mètres et le friends a tenu. Jörg a ensuite fait la longueur avec des crampons et 30 minutes plus tard, nous étions au sommet à 6256m.



La fameuse ascension de la Norweger Route sur la Nameless Tower (Tour tout à droite sur la première photo).


EA : WG t’a-t-il poussé dans ton escalade ?

WK : Oui, au début, lorsque nous vivions tous les deux du côté du Palatinat. Ensuite, il est allé habiter dans le Frankenjura et nos chemins se sont plus ou moins éloignés. C’était un grimpeur à la force exceptionnelle, qui était particulièrement à l’aise sur les petits trous et les petites prises du Franken. C’était un modèle, connu pour ses voies dures et souvent inaccessibles.

EA : Qu’est ce qui a fait que lui est devenu médiatique et pas toi ?

WK : Les gens étaient jaloux parce-qu’il pouvait vivre de l’escalade. Mais il y avait dédié sa vie. Il grimpait avec un style et méritait d'être médiatisé. Ce qui l’a vraiment propulsé, c’est d’être allé habiter au Franken. Il a pu s’y entrainer spécialement pour y faire des voies dures. Mais il était surtout très doué. Il avait une énorme force pure.

EA : Etait-ce quelque chose que tu lui as envié ?

WK : Oui. J’aurais vraiment voulu suivre la même voie mais je n’avais pas de sponsors pour me financer. Mais j’ai tout de même pu compter sur Edelrid et Francital pour me soutenir en me fournissant du matériel. Merci à eux. J'étais juste jaloux de ne pas pouvoir suivre le niveau et de ne pas avoir le temps de m'entraîner aussi intensément.

EA : On voyait même WG sur les plateaux de télévision, à l’image d’un certain Patrick Edlinger. Etait-ce voulu de sa part ? Quel était son but ?

WK : Je pense qu’il voulait vivre pour faire de l’escalade avant tout. Mais il voulait aussi pousser l’escalade dans une autre dimension. Et il a bien réussi d’ailleurs ! Même aujourd’hui, c’est encore une grosse performance d’enchainer une voie comme Action Direct (11/9a), qui date de 1994… Avec Kurt Albert, leur seule envie était de grimper fort et d’avoir le mode de vie qui allait avec. Les médias allemands voulaient montrer le haut niveau du sport et c’était clairement dans le Frankenjura que ça se passait.

EA : Et toi, quel était ton but dans l’escalade ?

wk : Au départ, j’avais cette volonté de faire toutes les voies dures de la région. C’est cette volonté qui m’a permis d’ouvrir notamment le premier 7a d’Allemagne. Cela a continué avec les ascensions citées plus haut. Les projets ne manquaient pas et je n’ai pas hésité à m’y engager par pur plaisir. En même temps, à l’époque, il suffisait d’essayer. Ça me rappelle un voyage à Joshua Tree en 1982 où j’ai pu grimper avec John Bachar. Il y avait ouvert trois lignes en 7c et 7c+ que j’ai pu grimper rapidement. Et puis, j’y avais fait un solo de 20m en 8/7a+ avec lui. Le crux était à la fin… J’ai alors décidé qu’à l’avenir, je ne grimperai qu’encordé ! J’ai beaucoup appris de John Bachar. Quelques années plus tard, les jeunes grimpeurs sont arrivés avec de nouvelles méthodes d’entrainement et ont été capables de grimper beaucoup plus fort. Je leur tire mon chapeau.

EA : As-tu beaucoup voyagé pour grimper ou es-tu plutôt resté dans le Palatinat ? (Question Arnö Köppel)

WK : Oui, nous sommes allés dans d’autres lieus aussi souvent possible au début : Frankenjura, Altmühltal, Suisse, Verdon, Luxembourg, les Dolomites... Plus tard, quand j'ai eu mon permis de conduire et une voiture, c'était beaucoup plus facile.

EA : Quelles sont les plus belles voies que tu as pu faire ? (Question Arnö Köppel)

WK : Par ordre croissant de beauté, je dirais : Grand Illusion à Sugarloaf (Lake Tahoe), Denkmalpflege à la FriedrichTurm (Pfalz) et enfin, Les associés au Windstein (Vosges du Nord). Mais il y a eu également plein de voies à Smith Rocks, au Wendenstock, à Céüse, Buoux... etc.




Wolfgang dans un 7c au Arapiles en Australie, dans Chain Réaction 7c à Smith Rocks et dans Dinosaure 8a à Seynes (De gauche à droite).


EA : Quelles sont les voies les plus difficiles que tu as pu faire ? (Question Arnö Köppel)

WK : Je me rappelle d’une voie : Victor Hugo à St.Bauzille qui était cotée 8b +. J’y suis retourné il y a deux ans : elle a été décotée.

EA : Et les voies que tu n’as pas pu faire ? Que t’a-t-il manqué pour les réaliser ? (Question Arnö Köppel)

WK : Je ne voulais pas m'entraîner éternellement pour un projet. Parfois j'étais trop lourd et parfois les articulations de mes doigts me faisaient trop mal...

EA : Combien de voies de 8a as-tu enchainées? (Question Arnö Köppel)

WK : Probablement près de 100 avec les années.

EA : Quelles sont les plus belles falaises du monde que tu as pu visiter? (Question Arnö Köppel)

WK : Ceüse, Chateauvert et Smith Rock.

EA : En 82, la Fédération Française de la Montagne a organisé un rassemblement dans le Verdon auquel toi et Güllich avez participé. Vous aviez été invités ?

WK : Deux grimpeurs de chaque pays avaient été invités. À l'époque, les Français étaient surtout désireux de montrer à quel point ils savaient grimper : à quel point le niveau était élevé et à quel point les falaises étaient belles. On nous avait montré des itinéraires bien patinés, ce qui nous avait impressionnés. Dans le Verdon, WG et moi avions chacun grimpé Fenrir 7c+. Une façon pour nous de prouver qu’à l'époque que nous avions aussi le niveau.

EA : L’entente était-elle bonne entre vous et les français ?

WK : Je pense que la volonté était là, mais nous ne parlions pas français et les français ne parlaient pas bien l'anglais. Souvent, les gens ne faisaient que se regarder. Nous nous sommes donc sentis comme des concurrents à l'époque... Nous avons eu l´impression que les français étaient dans un autre monde. Les alsaciens connaissent aussi bien les grimpeurs du sud de la France…

EA : Vous vous sentiez plus proches des anglais comme Ron Fawcett ou de la génération suivante : Moffat et Moon ?

WK : Les anglais étaient de bien meilleure humeur et c'était amusant de grimper avec eux.

EA : Durant ce rassemblement, vous avez enchainé et décoté immédiatement Fenrir, de 8b à 7c+. C’était juste pour montrer que vous saviez grimper ou la cotation de la voie était vraiment délirante ?

WK : Désolé mais dès notre première montée avec Wolfgang, il était clair que c'était un 7c +. 8b était un non-sens.

EA : Comment ont réagi les français ?

WK : Nous étions heureux d'avoir gravi la voie, mais nous n'avons pas vraiment discuté avec les Français.

EA : Le rassemblement a également fait une étape au Saussois. Que s’est-il passé ?

WK : WG et les autres grimpeurs du Frankenjura ne sont pas venus au Saussois. Les grimpeurs sur place nous ont montré des itinéraires très répétés, ce qui était très impressionnant.

Extrait d’une autre interview de WK à ce sujet :(…) Nous ne parlions que l'anglais. Personne n’arrivait à discuter correctement avec les français. On se regardait de loin. Les français ne parlaient que français, et ne voulaient pas parler anglais. Mais on voulait leur montrer de quoi nous étions capables. On a travaillé Fenrir, que nous avons enchainée tous les deux le lendemain, en la décotant. Ce n’était qu’un 9 UIAA (7c) et non un 10 UIAA (8b). Lors du même rassemblement, nous sommes passés par le Saussois. Les français avaient appris les voies par cœur et voulaient nous donner des leçons. Et là, nous sommes arrivés sur ces voies patinées… Aucun de nous n'a décollé du sol. Les Français voulaient juste se présenter comme leaders européens lors de ces deux rencontres et montrer aux autres qui étaient les plus forts. C'était mignon.(…)

EA : Après le rassemblement, n’y a-t-il pas eu une « réunion » à La Palud-sur-Verdon pour mettre les cotations au clair ? Vous y aviez pris part ?

WK : Malheureusement, je n'en sais rien.

EA : Que pensiez-vous alors de l’escalade purement sportive (Travail des voies en moulinette, équipement par le haut, pré-mousquetonnage…etc) ?

WK : On pensait qu'avec les Français, il suffisait de percer, de travailler et d’enchainer avec les dégaines en place. En fait, ils se facilitaient les choses au maximum. Aujourd’hui, seule la performance athlétique compte et heureusement ! Je fais de l'escalade en tant que sport et j'attends des itinéraires bien sécurisés. La soif d'aventure et les vieux styles d'escalade ont souvent conduit à des disputes et des malentendus.

EA : Tu as vécu dans le Sud de la France. Quand était-ce et pourquoi ? Y as-tu grimpé ? (Question Arnö Köppel)

WK : En 1996, j'ai acheté une maison près de Sisteron. Le but était de passer l'automne et l'hiver près de Ceüse et Volx, dans un bon climat, avec les meilleurs sites d'escalade à proximité. Le climat dans le Sud était bon pour ma santé, mais ça ne suffisait pas pour vivre. Malheureusement, je ne me suis pas adapté à la mentalité de la région. Il était aussi difficile de s’y faire des amis : chacun vit pour soi dans le Sud. J'ai vendu la maison il y a trois ans. C’est beaucoup plus pratique de louer un appartement où on le désire que d’avoir à faire des réparations dans sa maison durant ses vacances.

EA : Tu as toujours grimpé ou tu as fait des pauses ? (Question Arnö Köppel)

WK : Quand j'avais 38 ans et que je ne pouvais pas grimper aussi fort que je le voulais, j'ai arrêté de m'entraîner et je ne me suis occupé que de mes cours d'escalade. Pendant cette pause, je me suis mis au golf et au vélo. Ce que je fais encore aujourd'hui. J’ai repris l’escalade il y a cinq ans et j'ai recommencé à m'amuser.

EA : Tu étais aussi un alpiniste chevronné : quelles ont été tes plus importantes ascensions dans les alpes ? Et ailleurs ?

WK : Nous nous entrainions à Kirkel pour aller ensuite souvent dans les Dolomites où l’on grimpait d’abord en artif’. Fin des années 70 et début des années 80, j’ai fait l’ascension de la face nord des Tre Cime (Brandlerhasse) en artif’ et celle du Monte Agnèr (5c, 1600m) en 8 heures. Globalement, dès les années 80, tout se faisait en libre. J’ai alors faire des choses comme la Directe Américaine (ED – 6c, 1000m) au Petit Dru avec bivouac sur le mur, Salathé Wall et le Nose au Yosemite, la Lotus Flower Tower au Yukon (6c, 700m). Enfin, en 88 il y a eu cette expédition sur la Nameless Tower à Trango au Pakistan (7a, 1200m).



La fameuse Lotus Tower au Yukon (Canada).


EA : As tu subi la dangerosité de l’escalade ou était-ce pour toi quelque chose de plaisant ?

WK : Au début, nous ne connaissions que cette forme d'escalade. J’ai parfois eu de la chance et de ne pas tomber. Mais je le savais et je n'ai pas beaucoup fait de voies mal équipées.

EA : Que fais tu aujourd’hui ?

WK : Je vends des murs d'escalade, en particulier des murs de blocs. Pour les écoles, les jardins d'enfants et autres institutions publiques. Le but est d'amener l'escalade aux enfants et aux jeunes pour enrichir leur programme sportif. J’assure également le dépannage et le contrôle technique des structures artificielles. J’aime encore bien m’amuser en falaise mais dans un style qui le permet quand on a 60 ans : je dois faire attention aux blessures.

EA : Une autre dimension de l’escalade est née ces dernières années : celle des salles, de l’indoor. Aujourd’hui, on va jusqu’à parler de projets indoor, on donne même des noms aux tracés et certains « grimpeurs » ne connaitront peut-être que cette facette de la pratique. Que penses tu de ça ?

WK : Oui, il est parfois surprenant de voir les salles d’escalade pleine par une belle journée du mois d’août. J'ai vu certains de ces grimpeurs sur les rochers de Kirkel quand les salles étaient fermées à cause du virus. Ils ne savent pas grimper sur rochers et ont du mal à trouver les prises. Les salles sont bien sûr une bonne chose ; les gens peuvent s'amuser après le travail ou par mauvais temps et dans de bonnes conditions. Ce qui est triste en intérieur, c’est le côté éphémère des itinéraires et l’impossibilité de réaliser vos projets parce-qu’ils disparaissent fatalement tôt ou tard. Pour moi, la bonne escalade est à l'extérieur sur le rocher. C´est une autre génération. Les jeunes sont bien plus forts et s’entrainent vraiment intensivement ce qui leur permet de faire de supers mouvements en bloc comme en voie. Je suis heureux de voir que certains grimpeurs savent aussi bien faire de la salle que du rocher.

EA : Aujourd’hui on te recroise au Krappenfels de Lutzelbourg où les voies sont plutôt très aseptisées par rapport à celles de la Pfalz notamment. Qu’est-ce-que t’apporte cette escalade moderne ?

WK : Je n'avais jamais grimper sur ces falaises de conglomérats avant ma pause en escalade et je dois dire que je m’amuse beaucoup sur ces voies très sécurisées. Ma souplesse est très mauvaise et il y a toujours un pas entre deux quand je n’arrive pas à faire une montée de pieds.. Ce style me convient très bien et il est encore assez athlétique. Le Krappenfels propose beaucoup de superbes voies pour nous, les grimpeurs âgés ! Et, on trouve toujours une nouvelle combinaison pour s´amuser.

EA : Ne penses tu pas qu’en aseptisant l’escalade, on lui fait perdre tout son sel ?

WK : Oui c´est devenu un sport pour le public, mais j’arrive à y trouver mon compte. Il faut laisser faire les gens comme ils veulent. Grimper comme nous le faisons aujourd'hui est un sport et ce sport ne devrait pas être dangereux. L'escalade telle que nous l'avons connue à l'époque était souvent associée à un niveau de risque élevé. La pratique actuelle sur les voies d'escalade sportive des Vosges du Nord est agréable.



Wolfgang au Krappenfels de Lutzelbourg (France).


EA : As-tu déjà grimpé au Brotsch et au Kronthal ? Qu’en penses-tu ? (Question Arnö Köppel)

WK : Au le Kronthal il y a 30 ans, les arbres étaient encore très petits et c'était beaucoup trop bruyant pour moi. Je n'aime pas grimper dans cette carrière, mais les itinéraires que j'y ai fait étaient sympas. Les falaises autour de Saverne sont cependant à une demi-heure de moins de voiture pour moi. Il y a longtemps, j'ai gravi les 5 voies difficiles du Brotsch en une journée. L'angle, Brombeerzeit, Traces Blanches, Le Traité et Héliotrope. Comme dit, on parle d'un temps sans Internet, sans téléphone portable et surtout sans ordinateur. Avec des chaussons et du matériel d'escalade qui ne peuvent pas vraiment être comparés à ceux d'aujourd'hui. On parle également d’un temps où il n’y avait pas de principes d’entrainement et où l’on fonctionnait par essai-erreur. Au début de notre pratique, on cousait nos propres baudriers… Impensable aujourd’hui !

EA : Combien de fois grimpes tu par semaine ? (Question Arnö Köppel)

WK : Si possible trois fois par semaine. Malheureusement, avec l’âge, j’ai besoin de plus en plus de temps de récupération.

EA : Regardes tu des vidéos d’escalade sur Youtube ? Consultes tu Instagram et les comptes des grimpeurs ? Connais-tu par exemple Margo Hayes ? (Question Arnö Köppel)

WK : Je ne consulte ni YouTube, ni Instagram, et je ne lis pas non plus les magazines. Mais j'aime regarder les grimpeurs sur le rocher qui essayent des voies difficiles et peuvent souvent vous apprendre quelque chose de nouveau. Bien sûr, je sais qui est Margo : j’ai regardé sur internet. Elle grimpe vraiment bien ! Ce que j'ai aimé l'année dernière, c'était de faire des essais dans la même voie qu’une alsacienne de 11 ans. Elle a un énorme talent et si elle garde la motivation, vous entendrez parler d'elle.

EA : Que fais-tu en dehors de l’escalade ?

WK : Je sors souvent en VTT. Nous nous dirigeons vers une région puis l’explorons à vélo, ce qui va bien avec l'escalade. Nous aimons voyager et de novembre à mars nous partons encore dans le sud. D’ailleurs, on retourne en septembre (2020 NDLR.) dans les Gorges du Tarn avec des amis alsaciens.

EA : Si tu devais résumer l’escalade en un seul mot, une composante, une caractéristique : que choisirais tu ?

WK : Vivre.

Merci beaucoup Wolfgang pour ta patience et ta générosité. Nous te souhaitons de pouvoir grimper heureux encore de nombreuses années.







www.escalade-alsace.com