Le meilleur des cordes

© Escalade Alsace
Yann Corby
Eloïse Devaux

» 1er 8a le 18 octobre 2008, Orange Amer au Kronthal


Eloïse [photo: Florent Wolff]


Octogradiste d'octobre, à la crèche du Kronthal
Propos recueillis par Florent Wolff
Photos: collection Éloïse Devaux


Tu es mère de famille, tu travailles comme chercheuse ; on se demande comment tu trouves le temps de t'entraîner ! Peux-tu nous dire comment tu fais ?
Et bien en fait je ne m'entraîne pas beaucoup ! Le seul vrai entraînement est le mardi soir avec le team falaise à Roc en Stock et le reste du temps, je grimpe. Je travaille seulement trois jours par semaine depuis un an donc je me garde un jour pour grimper une fois en falaise en semaine, séance en général consacrée à mon projet en cours. Je regrimpe une fois dans le week-end " en famille " (traduire on emmène les enfants, le pique-nique, etc.). En général c'est plutôt grimpe tranquille et l'on ne fait pas beaucoup de voies. En moyenne, j'arrive donc à grimper trois fois par semaine. Mais cela fait seulement un an qu'une de mes séances est un véritable entraînement, dans le sens où ce que l'on y fait est planifié et imposé. De plus, comme je grimpe depuis longtemps et que j'ai fréquenté pas mal de falaises, j'ai acquis une bonne expérience.


Eloïse sur le calcaire de Margalef (Espagne)


Pour Orange en particulier, as-tu suivi un entraînement particulier ? Combien d'essais (ou de journées) pour parvenir à enchaîner ?
Non, je n'ai pas suivi d'entraînement particulier. Cela faisait longtemps que je voulais travailler un 8a. Je pense que j'aurais déjà pu en faire un il y a quelques années car j'avais fait plusieurs 7c assez rapidement (entre 3 et 7 essais) mais j'ai eu mes enfants, de moins en moins de temps, et tout et tout...
L'année 2007, j'avais bien repris mais trop vite et je me suis blessée (rupture de poulie). Il a fallu attendre avril 2008 pour revenir à mon niveau max. En mai, j'ai travaillé Le chien engagé (7c+) mais je n'ai pas pu la finaliser pour diverses raisons. Ensuite cet été nous étions en Espagne et nous avons pu visiter de belles falaises (Rodellar et Margalef) sans vraiment en profiter à fond. De tout ceci a découlé une certaine frustration et je m'étais juré qu'à partir du mois de septembre, je me consacrerais à un 8a.
Orange Amer m'a semblé la plus accessible : j'aime bien les voies de rési et j'avais déjà fait quelques montées dedans il y a 3 ans, donc j'avais une idée du style et des mouvements. J'ai fait tous les pas dès la première montée, mais il m'a fallu en tout 14 essais répartis sur 6 séances pour l'enchaîner.
La dernière semaine avant l'enchaînement, je suis tombée 4 fois très haut dans la voie, sans me sentir vraiment fatiguée: je me mettais la pression et je n'arrivais pas à concrétiser. J'ai alors décidé de laisser passer une semaine pour " lâcher prise " (paradoxal...) et me reposer. Quand j'y suis retournée, j'étais beaucoup plus détendue.
En plus toutes les conditions étaient réunies : Manu, mon compagnon, m'assurait (nous souhaitions tous les deux qu'il soit là pour mon premier 8a), les enfants n'étaient pas avec nous (pas de risque d'entendre hurler " Maaaaamaaaaan " au moment où je tiens enfin cette fichue strate), les dégaines étaient déjà posées (merci Pierre W. !), il faisait beau et frais... Je voulais la faire au premier essai de la journée car sinon j'avais peur de recommencer à douter... et c'est ainsi que cela s'est passé ! Je suis restée plusieurs minutes entre la dernière dégaine et le relais pour savourer un peu car cela avait été tellement vite ...

Est-ce qu'Orange est l'enchaînement dont tu es la plus fière ?
J'en suis fière dans la mesure où c'est la plus dure et où cela ne m'a pas demandé trop d'efforts. C'était important pour moi de faire un 8a à ce moment-là mais paradoxalement, j'ai ressenti cet enchaînement un peu comme une formalité à accomplir. J'ai choisi cette voie non pas parce que la ligne me faisait rêver mais parce que c'était un 8a accessible comme je l'ai déjà dit.
Les 7c que j'ai fait en vacances ailleurs m'ont procuré tout autant de fierté, voire plus, car il y avait une part d'imprévu : ce sont des lignes que j'ai choisies une fois sur place parce qu'elles me plaisaient et j'avais peu de temps pour les faire.

Tu es la doyenne du team falaise : comment vis-tu le fait de t'entraîner avec des 'tites jeunes ?
Si je grimpais avec des ados de 12-13 ans, je me sentirais peut-être un peu déphasée, mais là ce sont toutes des jeunes femmes étudiantes ou qui travaillent... on a maxi 10 ans de différence, à part avec Cath'. Bon pour elles, cela semble peut-être énorme mais en vieillissant on perçoit le temps différemment, on compte en 10 ans, en 20 ans.... Notre plus grande différence vient surtout du fait que je suis maman. En tous cas je suis vraiment contente de pouvoir grimper avec elles, on forme un bon groupe, on est motivées, on rigole bien, l'émulation est positive et plus forte qu'avec des garçons qu'on a du mal à suivre. Donc encore une fois merci à Ghislain et Pierre d'avoir créé cette équipe !


Les enfants d'Eloïse et Manu à Margalef (Espagne)


Tes enfants ont déjà fait de l'escalade ?
Oui, surtout Lucien, il a voulu essayer pour faire comme nous, mais cela ne l'intéresse pas beaucoup pour le moment. Faire du bloc en salle est encore ce qui lui plaît le plus car c'est assez ludique, et puis, il peut sauter sur les tapis. Les filles, qui ont deux ans, ont demandé à essayer il y a peu de temps. Mais bon, c'est l'âge où l'on imite ses parents... En tout cas, on ne les poussera pas, s'ils aiment ça, ce sera chouette de pouvoir partager avec eux, sinon, ils nous feront découvrir d'autres choses... On espère juste ne pas les dégoûter en les traînant au pied des falaises trop souvent ! Quand on croise un bout de rocher, les filles crient " Calade ! "...

Tu vas régulièrement visiter de nouvelles falaises : en voyage, pratiques-tu également l'après-travail ?
Cela dépend des conditions, par exemple cet été en Espagne je n'ai pas réussi à trouver une ligne à travailler rapidement, dans un secteur accessible avec les enfants, donc je n'ai fait que du à vue. À Sperlonga à Pâques, c'était tout à fait possible par contre. En général j'aime bien le après-travail mais en voyage, je n'ai jamais tenté une voie de niveau trop supérieur à mon max à vue parce que je ne me verrai pas passer une semaine dans un endroit nouveau à travailler une seule voie, je préfère découvrir et faire le plus de longueurs possibles.

Quel est ton meilleur souvenir en escalade ?
Ca c'est une question difficile... Je grimpe depuis longtemps donc on va dire que le meilleur souvenir c'est le dernier bon souvenir qu'on a eu ?
Si je creuse un peu, je dirais qu'il y a les bon souvenirs liés à des " perfs " et ceux plus à des ambiances. Dans la première catégorie, Orange restera forcément un bon souvenir, le 18 octobre 2008 premier 8a, ça fait beaucoup de 8... Le 7c de Sperlonga la veille du départ alors qu'un italien qui ne faisait même pas le crux squattait la voie et m'a laissée essayer après une longue attente en précisant " Ma subito ! "... Le 7c de Vénasque, idem, la veille du départ, sous la pluie, la fin était mouillée mais je voulais absolument la faire... Je me rappelle très bien mon premier 6a mais pas mon premier 7a, c'est bizarre...
Dans la deuxième catégorie, j'ai de très bons souvenirs en grandes voies aussi, surtout dans le Verdon, j'adore le lieu et le rocher. Mais je n'y suis plus retournée ces dernières années, peut-être quand les enfants seront plus grands... Je suis aussi très satisfaite quand j'arrive à surmonter ma peur de tomber dans une voie un peu engagée mais ça n'arrive pas souvent...


Eloïse dans Cave Cannam 7c à Sperlonga


Quelle est la prochaine voie dans laquelle tu vas t'investir ?
Ici en Alsace, je veux finir Le chien engagé car je n'aime pas laisser un chantier inachevé. Ensuite, ce sera sans doute La Terre à la Une. Les lignes du secteur Terre Promise au Kronthal sont les voies qui m'attirent le plus mais pour les plus dures il faudra progresser.... J'aimerais pouvoir faire des voies en 7c/8a ailleurs aussi, dans le Sud, parce que le calcaire reste mon rocher préféré, donc vivement les prochaines vacances !


Eloïse dans Sirop d'érable 6b à Klingenthal



Merci et bravo à Éloïse.







www.escalade-alsace.com