Le meilleur des cordes

© Escalade Alsace
Yann Corby
LE SILENCE DES ABSENTS


Retour Chronique


Chronique québécoise par Jean-Pierre Banville



Quelle merveilleuse journée !
Quelle merveilleuse journée !

On annonçait des trombes d'eau.
Le soleil a séché la paroi, aidé par un vent frais. Le même vent frais qui empêchait nos amis les insectes de venir se repaître de notre sang.
Les voies étaient superbes, une vingtaine de mètres de prises cachées qui se laissent découvrir à force de changements d'équilibre.
La cerise sur le gâteau : le propriétaire de la falaise que je croise tout à fait par hasard et qui accepte de me louer le terrain.

Et je vous ai mentionné que le déjeuner chez Joe était excellent ce matin?
En prime, il n'y avait personne sur la route… c'était à des années lumière de mes voyages d'affaire à Ottawa ces dernières semaines.

Je vous ai dit que j'ai eu une promotion latérale qui va me permettre de voyager? Beaucoup de travail en perspective mais c'en sera fini de la routine. Il était temps!

Gère Mêne fait sa petite affaire et semble aller bien.

Le petit bizarre va changer d'école et fréquenter un établissement à vocation scientifique. Ouais! Le système ''normal'' ne convenait pas tellement bien à sa structure mentale…
Outre tenter de faire virer fou la partie de l'humanité qui le fréquente, le petit bizarre ne fonctionne pas bien dans des classes où l'on vise plus la discipline que l'apprentissage. On évacue donc 95% du système d'éducation québécois… le ''modèle québécois'' comme le gouvernement s'obstine à le nommer. Comment on peut être un modèle alors que personne ne nous imite, allez savoir!
Et qui nous imiterait quand on connait le taux de décrochage!
Ça décroche plus que dans la salle de bloc du gym local… c'est pas peu dire!

Le petit bizarre nous a avoué - et a avoué à la directrice de sa nouvelle école - qu'il avait un projet lui tenant particulièrement à cœur.

Il désire ** travailler sur l'immortalité ** !!!

Je vous jure! Parole !
Il a huit ans, le bizarre, et il voulait visiter les laboratoires de son école primaire.
L'immortalité, rien de moins…. Il veut remplacer les corps.

Ce qui est bien : je ne peux que l'encourager. Si quelqu'un peut réussir, ce sera lui.
Mais ses inventions arriveront trop tard.
Pierre Rouzo est mort!

Tout allait bien. Tout allait trop bien. Je savais Pierre malade et je connaissais sa maladie. Je connaissais le verdict probable mais on s'obstine toujours à espérer. On crois que la chance passera, que la science triomphera. Non. Trop tard.

Pierre Rouzo.
Illustrateur, équipeur, grimpeur, ami.
Certains vont me citer tous ses défauts. Vont me dire qu'il ne faut pas encenser Pierre Rouzo parce qu'il nous a quitté. Qu'il faut être honnête.
Moi je dis que Pierre était un ami. J'ai eu la chance d'être considéré comme son ami. Nous avons échangé et partagé, Nous avons ri, nous avons discuté, partagé, échangé. Nous n'avons pas toujours eu les mêmes idées. Il m'envoyait t-shirts et je lui envoyais tuques et chapeaux d'hiver. Comme s'il y avait un hiver à Montpellier!

Son personnage unique, je l'ai fait figurer en bonne place dans certaines de mes histoires. Il était impayable, même en caricature… et il le savait bien.

Pierre Rouzo. Le dernier maillon du triumvirat Berardini/Bauzille.
Ils doivent bien rire, les zouaves…

Vous savez quoi?
Je regarde tous ces athlètes dans les compétitions, tous ces gens dans les salles d'escalade, tous ces bc/bg au pied des falaises… pas un n'a la joie de vivre et la ''drive'' de Pierre Rouzo. Est-ce le propre des vieux que d'avoir à la fois le verbe, l'esprit et les convictions alliés à un humour acidulé brûlant les gros égos. Je ne sais pas pourquoi mais la vie intérieure d'une personne m'attire beaucoup plus que le style de ses chaussons.

Je ne peux que m'incliner devant la fatalité.
Souhaiter à sa compagne et à ses amis de faire vivre Pierre par le souvenir.
Les remercier d'avoir été là alors que moi, je ne pouvais y être.

Lucien Berardini puis Pierre Rouzo.
Les lumières s'éteignent. Il n'y aura plus bientôt que du bruit de fond.
Comme au cinéma après le spectacle… une vague rumeur venant des spectateurs qui n'est plus la voix profonde des acteurs, celle des sentiments et des actions. La voix de ceux qui ont réussi à divertir tout en vivant intensément.

Marc Antoine arrivera trop tard avec son projet d'immortalité.
Il ne restera plus que le silence des absents…

Au revoir, Pierre!
Mort aux cons…


JPB








www.escalade-alsace.com